Identification du gène à la source du cancer du pancréas

    Une équipe de chercheurs a identifié un gène qui agit sur la forme des cellules pancréatiques normales et pourrait ainsi être à l’origine du développement du cancer du pancréas.

    L’étude, publiée dans Nature Communications, explique que cibler le gène en question — la protéine-kinase D1 (PKD1) — pourrait conduire à de nouvelles solutions pour stopper le développement d’une des tumeurs les plus difficiles à soigner.

    « Dès que le cancer du pancréas se développe, il commence à se propager, et la PKD1 est l’élément déclencheur de ces deux processus. Compte tenu de ces conclusions, nous mettons tout en œuvre pour développer un inhibiteur de PKD1 que nous pourrons tester à l’avenir », dit le Dr Peter Storz, co-chercheur principal de l’étude.

    Le cancer du pancréas est la quatrième cause de décès par cancer aux États-Unis. La American Cancer Society (ACS) estime à près de 48 960 le nombre de personnes touchées par la maladie en 2015 et à 40 560 le nombre de personnes qui y succomberont. Aujourd’hui, le risque à vie d’une personne développant un cancer du pancréas aux États-Unis est de 1 pour 67 (1.5 %).

    Le pancréas est un organe qui contient des glandes exocrines et des glandes endocrines. Ces glandes sécrètent un liquide riche en enzymes qui favorise la digestion des aliments lors de leur passage dans l’intestin. Le pancréas contient également des cellules endocrines qui produisent des hormones telles que l’insuline et le glucagon et les libèrent directement dans le sang.

    « Nous avons besoin d’une nouvelle stratégie pour traiter, et si possible, pour prévenir le cancer du pancréas. Même si nous ne sommes qu’au début, la principale étape dans ce sens est de comprendre un des éléments-clés de ce cancer agressif, » déclare le Dr Storz, chercheur en cancérologie à la Clinique Mayo.

    Lorsque les cellules qui sécrètent les enzymes digestives (cellules acineuses) se transforment en cellules canalaires dans le pancréas, le cancer du pancréas peut alors se développer. La signalisation oncogénique, qui cause le développement de tumeurs, peut agir sur ces cellules canalaires et former des lésions qui constituent un risque de cancer.

    Généralement, les cellules acineuses se transforment ainsi à la suite d’une blessure ou d’une inflammation du pancréas. Le processus de transformation est néanmoins réversible.

    Grâce à un modèle 3D dérivé de souris, les chercheurs ont démontré l’influence de la PKD1.

    Les chercheurs de la Clinique Mayo du campus de Jacksonville en Floride et l’Université d’Oslo en Norvège ont développé un modèle 3D de cellules pancréatiques dérivées d’une souris pour tester l’influence de la PKD1. Dans ce modèle, l’équipe a pu bloquer le gène ou provoquer son activité, puis observer ses effets.

    La stimulation de l’expression de la PKD1 pendant une semaine a conduit à la transformation des cellules acineuses en structures canalaires vulnérables. À l’inverse, en bloquant le gène, les chercheurs ont pu réduire le nombre de cellules canalaires et les lésions qu’elles provoquaient.

    Selon le docteur Storz, le modèle a permis d’étudier ce qui se passe dans le pancréas de manière simplifiée :

    « c’est un très bon modèle pour étudier ce qui se passe dans un chemin de signalisation. Il permet, juste à l’aide d’un microscope, d’observer les changements. Ce modèle nous montre que la PKD1 est indispensable à la transformation initiale de la cellule acineuse en cellule canalaire, ce qui peut être une cause de cancer ».

    Le Dr Storz pense que prévenir la transformation des cellules acineuses en cellules canalaires peut être la clé pour créer de nouvelles méthodes efficaces de traitement du cancer du pancréas :

    « Si nous parvenons à empêcher la transformation de se faire ou éventuellement inverser le processus, nous pourrions bloquer ou soigner le développement du cancer et sa propagation » conclut-il.

    Plus tôt cette année, la revue Medical News Today a publié une étude au sujet de l’identification du gène ATDC qui pourrait expliquer pourquoi le cancer du pancréas est si agressif.

    Article de James McIntosh

    NO COMMENTS

    Leave a Reply